www.villeactivepnns.fr

Medical 3387481081299 3387481081299
évolutions thérapeutiques avec un nombre croissant de patients traités en ambulatoire et de personnes vivant avec leur cancer . L’enquête a montré l’implication forte des généralistes dans la prévention et le dépistage. Autre point important : 95 ,5 % des généralistes restaient en con
edezdezdz

ulturel aurait comme objectif premier de savoir manager la diversité culturelle pour qu’elle ne constitue plus un frein dans la relation thérapeutique. Une telle formation permettrait de réduire les zones d’incompréhension liées aux habitudes m
edezdezdz

e 2 Peur et f a angoisses). Ils ont peur d’être considérés comme « un numéro ». La Charte du malade hospitalisé affichée dans toutes les structures de soin est le gage du respect dû aux personnes malades. Le devoir du médecin va être de respecte
edezdezdz

(1945). Le discours médical ne doit pas imposer une vérité mais s’adapter à la réaction et à la vérité non médicale du patient . Martine Ruszniewski (1999) et Carl Rogers (1968) ont insisté sur ce concept. Cela passe par une écoute non médicale du
edezdezdz

Une suspicion de cancer Le résultat d’une imagerie ou d’une endoscopie évoque fortement le diagnostic de cancer sans preuve histologique formelle. La suspicion, c’est quand l’examen de biopsies n’est pas encore réalisé ou que ses r ésultats ne sont pas encore connus.
edezdezdz


Medecine 3387481081299 3387481081299
lationnel doit mettre en jeu ce type de questionnement. Respecter ce cadre, c’est donner au patient la place nécessaire dans la relation avec son médecin pour construire sa propre vérité et avancer dans ses choix (exercice de va-etvient quasi p etien et amélioration d
edezdezdz

Le patient a des cerscones il charge I
edezdezdz

1-9 cancer et médias
edezdezdz

médecin
edezdezdz

Témoignages de médecin s et de personnels soignants
edezdezdz

une bonne tolérance de la RT ainsi que l’adhésion au traitement. Les « visites de contrôle » Il faut enfin expliquer au patient que tout au long du traitement, dont la duréepeut varier entre trois et huit semaines, il y a des « visite de contrô a RT (ex. : diarrhées, dysphagie, ir
edezdezdz

Vécu et attentes des patient s
edezdezdz