www.villeactivepnns.fr

Medical 9544577170163 9544577170163
Profil psychologique et sociologique du patient
edezdezdz

Vous dites « peur », puis-je vous demander ce que vous entendez …? On dit partout actuellement que… ? Bref, pour vous, le cancer est synonyme de… ? On pense bien souvent… Je pense que c’est aussi le cas pour vous ? Selon vous, il se
edezdezdz

début des années 2000. La perception de la pathologie devient alors plus visible, sous l’effet des applications du Plan cancer . Depuis 2005, les articles et reportages témoignent d’une appropriation plus évidente des aspects scientifiques et insti tutionnels de la maladie. Selon l’étu
edezdezdz

é de ne pouvoir poser des questions, va être rassuré d’avoir un temps pour les questions-réponses. Cela va permettre au patient rassuré de ne pas se lancer immédiatement dans les questions qu’il aura préalablement préparées. Je serai votre médecin « Si vous l’acceptez, je serai doré
edezdezdz

es métastases synchrones d’un cancer colique de stade II : « Vous comprenez docteur, c’était comme des coups de marteau dans ma tête… Les chiffres, ils changeaient tout le temps… Le premier docteur, il était gentil. Il m’a dit que j’avais 99 %
edezdezdz


Medecine 9544577170163 9544577170163
r le grand public, à lui faire ouvrir les yeux et les oreilles et à réduire l’évitement par rapport au sujet du cancer. pour réduire la peur diffuse associée au cancer, pour faire valoir une idée plus juste de la réalité de cette maladie aujour
edezdezdz

• « J’ai le sentiment d’exercer un art spécifique, dans la prise en charge pleine et entière des problèmes posés par mes patient s. » • « Cela donne du sens au perfectionnement de mes trois savoirs : savoir – savoir faire – savoir être et à l’envie
edezdezdz

e, crainte, et angoisse Dans l’inconscient collectif et encore plus dans celui de beaucoup de patients, les traitements pour « rayons » restent entourés d’un halo de mystère, de crainte, voire d’angoisse. Guerre et accidents occultant l’énorme
edezdezdz

ncontournable lors de l’annonce du diagnostic et par la suite dans le parcours thérapeutique. Annoncer un diagnostic de cancer en présence d’un tiers, c’est permettre au patient de se sentir épaulé, moins seul, lui concéder la possibilité d’organ
edezdezdz

malade) doit permettre d’écouter et d’entendre attentivement son patient et de lui donner, en ce lieu où il est reconnu dans sa globalité, le libre choix de parler et de se comporter : il a sa place, libre à lui de l’occuper. Des questions pour
edezdezdz

rès des patients (et de leur entourage) la représentation encore trop traditionnellement négative, voire désastreuse du cancer . La confiance est le maître mot de la relation La qualité de l’échange infiuence la percepfition des mots. La confiance
edezdezdz

Pour ma part, je préfère voir les patient s après le temps médical afin d’être neutre, sansa priori. Le plus important est ce qu’a compris et entendu le malade et non ce qu’a dit le médecin. L’infirmière peut alors reprendre et reformuler les mots du patient à son
edezdezdz