www.villeactivepnns.fr

Medical 9315876387991 9315876387991
Le cancer est aujourd’hui une redoutable maladie. Il est devenu la maladie qui fait le plus peur dans l’opinion publique. En 10 ans, le cancer aura tué autant que la 1re Guerre mondiale. À l’heure actuelle, plus personne ancer tue 20 fois plus que les accidents de la route et 30 foi
edezdezdz

on, une punition divine, un signal du destin : « pourquoi moi ? », « qu’ai-je fait pour mériter cela ? » Pour nombre de patient s, le cancer est une épreuve suprême, la « maladie des maladies », la descente aux enfers, la vision du spectre de la mo
edezdezdz

« Le mal n’est pas dans les circonstances, mais dans l’opinion que nous en avons » Épictète
edezdezdz

Le médecin référent
edezdezdz

support ;établit le lien avec les équipes de soins qui interviennent à l’hôpital et à domicile. Son action s’inscrit dans une ambiance conviviale, chaleureuse, d’écoute et dédramatisée. L’infirmier de consultation favorise les confidences, gèr de confiance. Ce tempsd’accompagnemen
edezdezdz


Medecine 9315876387991 9315876387991
les radiologues d’après Leclère et al. (2006). Le C.R.E.D.O. du radiologue : Construire une relation partenaire avec le patient Réaliser l’examen dans les meilleures conditions Écouter ce que le patient veut nous dire et les questions qu’il veut p oser Donner des info
edezdezdz

cruauté. » Jean Rostand L’annonce d’un cancer est toujours un traumatisme pour la personne malade. Elle marque l’entrée dans une vie où il faudra composer avec la maladie. Annoncer, c’est informer, prédire, inaugurer un parcours thérapeutique. tant où l’on devient vraiment malade, o
edezdezdz

le, chercheur sociologue au CNRS, a stigmatisé lesrépercussions sociales, psychologiques et professionnelles dues au cancer . Le cancer induit entre autre des problèmesfinanciers (arrêt de travail, difficultés à contracter uneassurance ou u munication est destin
edezdezdz

elles courent tout le temps pour nourrir leurs malades… Et puis alors, je me permets de vous le dire, elles jacassent… dans les couloirs, c’est une vraie basse-cour… » Le médecin : « Revenons à vous, Monsieur A… Qu’est-ce qui ne va ? » Le pati i, il va me demander, il est vété
edezdezdz

Mesure phare du Plan cancer 2003-2007, le dispositif d’annonce a été expérimenté entre juin 2004 et mai 2005 dans 58 établissements en copilotage a vec la Ligue Nationale contre le cancer . Il est actuellement en cours de généralisation sur l’ensemble du territoire. Le
edezdezdz

ns face à des enfants (+ les parents), adolescents ou adultes jeunes atteints de cancers. • Les attitudes de défense du médecin Craignant d’être complètement absorbé par son empathie agissante, le médecin prend une attitude de défense dont son pat
edezdezdz

e doit pas se précipiter. Il doit laisser la porte ouverte, accepter le silence, éventuellement, reformuler la question pour donner à l’interlocuteur l’occasion de clarifier sa pensée.Le médecin ne doit pas contredire son attitude par une com
edezdezdz