www.villeactivepnns.fr

Medical 3208172479644 3208172479644
donc pas fixer des yeux trop longtemps afin d’éviter la gêne de l’interlocuteur. Les patients lisent dans le regarddu médecin . L’évitement du contact visuel (« un regard fuyant ») peut être mal ressenti avec comme conséquence une perte de confian
edezdezdz

Au préalable, il me semble important de rappeler que lors de notre formation et par la suite dans les services de soins, une grande part de notre activité est consacrée à la réalisation de soins techniques. À ce savoi r-faire, va s’associer un savoir-être qui va permettre une prise e
edezdezdz

« L’annonce de la vérité à un patient qui ne la demande pas conduit à la perte de confiance envers le médecin . »Marc Barthez, Chirurgien « Quand le médecin dit à un malade : nous avons 60 % de chances de vous guérir, on va se er, et à accepter les contraintes inhér
edezdezdz

e arrêter les soins. Je ne sais pas si j’ai été convaincante. Je les comprenais, car elles mettaient tellement d’espoir dans la reprise de la chimiothérapie que son arrêt était synonyme d’échec, d’espoir déçu, de trahison. L’interne seule avec difficiles et ambivalentesMes relatio
edezdezdz

Cette histoire illustre les conséquences d’une annonce avec incohérence des discours et communication maladroite des médecin s : • le chirurgien très content dit que le malade a de la chance ; • le gastro silencieux avec une grimace dit que cela
edezdezdz


Medecine 3208172479644 3208172479644
« hors cadre » jusque-là écartée.Non-respect du rôle professionnel : infirmière ou interne qui annonce à la place du médecin « Fuite en avant » : Le médecin répond par l’affirmative à la question : Vais-je mourir docteur ? Le médecin donne un
edezdezdz

Cette symbiose n’est pas toujours présente, souvent on cherche à cacher les informations pour protéger l’autre. Je me souviens de ce couple à qui l’on annonçait que le mari avait un cancer, à la fin de la consultat
edezdezdz

les chances d’être guéri ? ». Malgré mon expérience, j’ai eu une inévitable période de « sidération » puis d’hésitation avec silence que le malade a très vite ressenti en me faisant remarquer : Le patient : « Docteur, vous m’avez caché quelque chose ? ». Dans cette situa
edezdezdz

tifie l’importance.L’importance du regard est primordiale. Pour infiuencer, suggestionner, conserverl’attention, le médecin doit regarder son interlocuteur dans les yeux avec chaleur et sincérité. Son regard lui permet ainsi de ponctuer ce qu’
edezdezdz

celui de toute l’équipe soignante, est alors de l’écouter, le rassurer et de reformuler l’information transmise par le médecin jusqu’à ce que le patient soit prêt à l’entendre. Je conseille souvent aux patients de noter les questions qu’ils pourr aient se poser chez eux entre deux c
edezdezdz

ugé pendant le débriefing, notamfi ment si la consultation s’est mal passée ou du moins s’il (elle) en a eu le sentiment. dans ces moments-là, il s’agit d’être entourant, rassurant et en empathie avec le soignant qui est en souffrance et peut se
edezdezdz

a parole : « Vous comprenez docteur un médecin a condamné à mort ma femme… Je lui en veux beaucoup… Il y a 5 ans, droit dans les yeux je lui ai demandé combien de temps ma femme avait à vivre et il m’a répondu 1 an. Nous nous sommes préparés av
edezdezdz