www.villeactivepnns.fr

Medical 7674083923920 7674083923920
nement (dose/séance) ; • et étalement (durée globale). Savoir écouter pour comprendre Ce premier « dialogue singulier » avec le patient (qui vient seul ou accompagné par un membre de sa famille ou un ami) ne peut pas du tout être « standardisé ant un cancer prostatique, pulmonaire o
edezdezdz

et conciliant. Ce médecin est très apprécié mais son gros défaut et d’être « toujours en retard ». Des profils variables dans le tempsLes profils décrits ci-dessus sont caricaturaux. Ils peuvent varier dans le temps au coursde la vie profes sionnelle. L’étudiant e
edezdezdz

sympathie et empathie agissante La grande difficulté réside dans la confusion possible entre « sympathie » (je souffre avec lui) et « l’empathie agissante » qui m’offre le recul nécessaire sur le plan affectif. Je ne dois pas perdre la notion
edezdezdz

ui a besoin d’être soulagé, conseillé, rassuré, mais aussi et surtout d’être entendu. Il souhaite rencontrer un médecin avec qui il puisse dialoguer. Il espère être informé par ce dernier d’une façon honnête et chaleureuse, et souhaite comprend
edezdezdz

et la base de résection est envahie. Le patient va être traité par une radiothérapie, une amputation abdomino-périnéale avec anus artificieldéfinitif. Trois ans plus tard, une récidive pulmonaire va survenir. On comprendque ce patient ait m al vécu cette maladie avec maku
edezdezdz


Medecine 7674083923920 7674083923920
nnelles – présence compréhensive – disponibilité – empathie participante – écouteEn dire assez – ni trop no trop peu dans une relation attentive d’écoute et d’adaptationDécider en fonction de l’état biologique et psychologique du patient
edezdezdz

://www.ecancer.fr/component/docman/doc_download/6551-modele-de-pps-avec-volet-social • Fiches d’informations utiles aux patient s sur les effets secondaires des chimiothérapies en cancérologie digestives (2011) disponible à partir URL : http://www.
edezdezdz

ir l’occasion pour la famille d’être présente auprès de son proche dans un moment difficile, de l’accompagner, d’avancer avec lui dans la maladie, de sepréparer avec lui à l’inévitable de la mort quand la maladie progresse et que les traiteme nts ne s’avèrent plus e
edezdezdz

est un véritable langage parallèle au sein duquel « la gestuelle » occupe une place privilégiée. La gestuelle commence avec notre sphère corporelle personnelle, c’est-à-dire l’utilisation de l’espace autour de nous et le jeu subtil des déplace
edezdezdz

– L’accommodation – La résignation • Le patient prend conscience de ce qu’il doit assumer • « Je sais que rien ne sera plus comme avant », « c’est fini, il n’y a plus d’espoir » • C’est le stade de l’amertume, du ressentiment, de la tristesse,
edezdezdz

nt très appréciés des malades. a • Radiothérapie (cff infra chapitre 7-5 Paroles d’un radiothérapeute) Bien que limitée dans le temps et mieux supportée que la chimiothérapie, la radiothérapie garde une représentation angoissante (« Je vais êtr
edezdezdz

par l’histoire biologique et psycho-socio-culturelle du patient : ce Soi modifié par le cancer , cet autre, cet étranger, ne s’inscrit pas dans une stricte altérité hors du sujet.
edezdezdz