www.villeactivepnns.fr

Medical 8591763931326 8591763931326
Le cancer est bien une maladie pas comme les autres. Son image ambiguë actuelle : ni totalement guérissable, ni totalement mortel ni totalement chronique… fait que cette maladie traîne une charge d’imaginaire qui n’a rien à voir avec la biologie. Le cancer est une mal
edezdezdz

ire qui induit un temps de silence. Il est difficile de toutretenir quand plus de trois informations sont communiqués dans un temps court. Le Breton (1997) a analysé ainsi le silence : « Les brefs silences qui émaillent la discussion permette u patient de lui remettre ce document e
edezdezdz

Le médecin référent
edezdezdz

ntiments : le médecin devra garder la maîtrise de soi devant les réactions du patient mais devra exprimer de l’empathie avec un minimum d’émotions. • C’est enfin la peur de la solitude. Le médecin est seul devant son patient et sa famille. Il ne
edezdezdz

dans le livre Annoncer un cancer de M.F. Bacqué (2010), M.E. Pérennec, infirmière rassistante de soins à Lyon, a écrit : «
edezdezdz


Medecine 8591763931326 8591763931326
Annoncer un cancer , c’est communiquer. Pour communiquer, en situation interpersonnelle, il faut deux personnes en présence : • le médecin
edezdezdz

6. Le patient n'a pas eu des contacts ermcaue evcu des activites de loisirs, sportives, culturellesou assccawes au cours des 12 derni
edezdezdz

lisation de l’espace autour de nous et le jeu subtil des déplacements à l’intérieur de cet espace. Elle s’exprime aussi dans notre contact au sol, nos appuis, notre démarche. Elle se manifeste dans nos postures, nos gestes et se prolonge dans l angage
edezdezdz

est en échec et il a peur d’une question sur un espoir de guérison déçu. Dans cette situation il convient d’écouter le patient e et de répondre aux questions par une autre question. Par exemple : • « Pourquoi me posez-vous cette question ? », • « ’est-ce qui vous inquiète maku
edezdezdz

es mécanismes de défense habituels contre l’angoisse). Ces inhibitions restreignent la relation à l’autre et isolent le patient en le mettant à distance, ce qui permet à celui-ci d’échapper à la conscience de soi : l’angoisse de mort, inconsciente eractions et dans la perspective psy
edezdezdz

eures conditions d’annonce de samaladie, d’une coordination interprofessionnelle optimisée (associant principalement médecin s et personnels paramédicaux) et d’un soutien important pour lui et ses proches. La généralisation de la mise en œuvre d ns de la réussite et du mieux être d
edezdezdz

leure compliance, un meilleur ajustement psychologique au traumatisme, une perception de confiance et de compéfi tence du médecin et aussi une diminution des plaintes avec poursuites judiciaires.
edezdezdz